Jour Dix-Sept




Ce sera l'hiver
Son absence comme la règle
L’absence
Ce sera un long hiver
Un tête à tête avec le cruel calcul du temps
Cruel aussi
Je pensais, je savais
Je savais
Mais le fil des jours se noue
Toujours à créer, jamais pareil
Ma faute immobile
Le lent bourdonnement de ma surdité naissante
L’absence comme la règle
L’absence réelle
Matière disparue aux yeux de tous

Sans moi
Glissant dans l’urne où sont déjà mes cendres.