Jour Vingt-Neuf



 

L’étreinte de ces deux pointes pénétrant
Dans un haut-le-cœur l'isolement
Une expérience d’esseulement
Chacun son attente, peut-être
Mais tournoyant vers un jour fuyant
Laissée aveugle au présent
Je jette des cailloux sur toutes les montres
En plaquant ma joue contre mon épaule